«

»

Mar 22 2016

Imprimer ceci Article

Entretien. « Pour les jeunes américains, Trump ne gagnera pas »

 

12887486_619485651560467_1640861119_o

 

En pleine primaire américaine pour désigner le candidat du camp Républicain à huit mois de l’élection présidentielle, Donald Trump est perçu comme le plus grand favori. Nationaliste, raciste, facho ou même nazi pour certains… Le candidat, qui n’hésite pas à promouvoir la haine contre certaines communautés, fait peur à la planète entière. Lamar, 20 ans, étudiant américain en commerce à Fairfax, ville universitaire à quelques kilomètres de Washington, livre au blog son point de vue de jeune sur le phénomène Trump. 

 

En 2008, Barack Obama est élu premier président noir américain. Huit and plus tard, c’est Donald Trump, que beaucoup n’hésitent pas à qualifier de fasciste, qui se place comme favori pour l’élection présidentielle de 2016. De ton point de vue de jeune américain, comment expliques-tu ce retour en arrière ?

Malgré l’incroyable progrès réalisé par les État-Unis suite à l’élection du premier président afro-américain Barack Obama, le phénomène Trump ne me surprend pas totalement. Après l’élection en 2008, il y avait une partie de la population américaine – que l’on pouvait retrouver dans les médias, les politiques, ou même chez les simples citoyens – qui tentaient de déranger et de rendre illégitime le président Obama dès que l’occasion se présentait. Aujourd’hui, Donald Trump s’est placé comme le représentant de ceux-là. L’élection de Barack Obama en 2008 a aura servi de « test ». Depuis des décennies, les Etats-Unis se vantaient de ses « progrès » pour lutter contre les discriminations envers les minorités. Ces dernières années nous ont prouvé que la race importait encore pour beaucoup. Ces sentiments ont laissé la place à quelqu’un comme Donald Trump.

 

Tu comprends que des américains puissent se reconnaître en lui ?

En tant que candidat, Trump exprime les pensées et les sentiments nauséabonds de cette partie de l’Amérique qui partageait alors les mêmes idéaux que lui, mais qui se taisait, ou qui n’en parlait que dans des cercles très privés. Donald Trump représente aussi ceux qui ne supportent pas Barack Obama, souvent pour des raisons injustes – comme l’idée qu’il est musulman, qui ne devrait pas avoir d’importance dans un pays qui garantit le droit à la liberté religieuse, ou qu’il est immigré du Kenya par exemple. Personnellement, je suis un grand fan et partisan d’Obama. Je l’admire pour beaucoup de choses, et en particulier la façon dont il a géré l’indifférence raciale. Pour l’élection à venir, je suis favorable à Hillary Clinton. Je crois qu’elle offre une idéologie politique similaire à celle d’Obama, c’est à dire perpétuer les progrès qu’il a déjà créé au cours de son mandat. Hilary est aussi mathématiquement la meilleure candidate pour vaincre Trump en plus d’être, à mon avis, la plus expérimentée dans le traitement des affaires intérieures et étrangères.

 

Tu parles de pensées et de sentiments nauséabonds… L’émergence de Trump ne souligne t-elle pas aussi le racisme auquel est confronté le pays?

Je crois qu’après l’élection de 2008, certains américains ont vu l’image qu’ils avaient du pays profondément bousculé. Déjà le traitement des minorités – les Américains en particulier africains – s’est sans aucun doute amélioré. Pourtant, certains persistent à penser que les afro-américains ne sont capables que de certaines choses. Etre président des Etats-Unis ne fait manifestement pas partie de ces choses là dans l’esprit des nombreux partisans Trump. Généralement, on ressent encore des réticences dans le pays quand des Afro-Américains, ou les minorités en général, prennent une position intellectuelle plus importante. 

 

Les minorités peuvent donc craindre une arrivée au pouvoir de Trump…

Le slogan de la campagne de Trump « Make America Great Again » va dans le sens de la restauration de l’ancien système social américain où les minorités ont une place bien définie dans la société, c’est à dire très peu présente dans la vie intellectuelle. Dernièrement mon coiffeur, un pro-Donald Trump, m’a expliqué que pour lui, les Etats-Unis avaient besoin d’un président homme et blanc, car le monde ne respecte pas un Afro-américain ou une femme dirigeante. Ce sentiment est réel aux Etats-Unis et l’a été d’autant plus fort pendant un certain temps. Trump propose enfin une voix aux pensées de cette population mécontente.

 

Alors selon toi, Donald Trump peut-il remporter l’élection présidentielle ?

Je ne pense pas personnellement que Trump deviendra président. Une des clés du succès de Barack Obama et du parti démocrate pendant les huit dernières années se trouvait dans le fort soutien des minorités envers le candidat. Les mêmes contre qui Trump, et beaucoup de républicains s’offensent ou, du moins, semblent s’offenser au quotidien. Mathématiquement, je ne suis pas sûr qu’un candidat puisse gagner sans faire appel à ses minorités.

 

Pourtant depuis la France, beaucoup ont l’impression que rien ne pourra l’arrêter…

Ce que vous pouvez penser en France, et ailleurs dans le monde, est très compréhensible. Heureusement, la perspective que Trump gagne l’élection effraie autant aux Etats-Unis que dans le reste du monde. A mon avis, Donald Trump est devenu populaire car il a réussi à devenir une figure emblématique dans les médias du monde entier et ici aux Etats-Unis. Les solutions proposées par les autres candidats ont été dépassé par Donald Trump qui est plus bruyant et plus visible. Dans ma vie, et dans la vie des américains, nous n’avons jamais vu de candidat qui faisait autant de bruit, aussi aberrant, et aussi violent. Jamais non plus autant d’attention et de célébrations par ses supporters. C’est une expérience vraiment embarrassante pour notre pays alors que nos valeurs sont fondées sur sur la liberté, l’égalité et permet à chacun de militer librement pour défendre ses valeurs. En tout cas, cela est sans précédent dans ma vie, et certainement pas ce que je considère le « making America great » .

 

Quel est le ressenti des jeunes américains ?

J’ai l’impression que les jeunes pensent que Trump ne gagnera pas l’élection présidentielle, mais qu’il a de fortes chances de devenir le candidat républicain nommé à la primaire. Beaucoup d’américains, jeunes comme vieux, pensent qu’Hillary Clinton est la plus appréciée pour devenir présidente et que mathématiquement les soutiens iront en sa faveur. Trump se base surtout, et plus que n’importe quel autre candidat, sur les sujets qui touchent à la race, ce qui provoque la peur des électeurs. Mais quand les élections générales arriveront, je pense que le candidat le plus sérieux gagnera, et que donc celui du camp démocrate l’emportera. A l’annonce de la candidature de Trump, je me souviens que beaucoup de jeunes, moi compris, pensaient que c’était une blague et qu’il ne pourrait jamais obtenir de soutiens. Malheureusement nous avons eu tort. Le sentiment que Trump peut gagner est de plus en plus fort chez certains, mais beaucoup pensent qu’il finira par perdre face à Hillary Clinton.

 

Aucun doute pour toi donc pour la victoire d’Hillary Clinton qui deviendrait la première femme présidente des Etats-Unis… 

La victoire d’Hillary Clinton pour cette élection se prépare depuis des mois, voire des années. Tout est calculé. Elle a le soutien des minorités et aura celui de tout ceux qui défendent la démocratie aux Etats-Unis. C’est seulement chez les plus jeunes, notamment les étudiants ou les fraichement diplômés, qu’Hillary vacille un peu. Ces derniers sont plutôt favorables à Bernie Sanders (un autre candidat démocrate face à Hillary Clinton à la primaire démocrate, ndlr.) pour la primaire démocrate. Dans tous les cas, lors de l’élection, les jeunes s’uniront derrière le candidat démocrate pour contrer Trump.

 

Parlons de ton université, à huit mois des élections, quelle ambiance règne dans les couloirs ?

Je décrirais l’athmosphère de mon université, la Georges Mason University, comme « nerveusement optimiste ». Ici les étudiants sont plutôt de tendance démocrate et il y a un vrai enthousiasme autour de Bernie Sanders, comme c’est le cas de nombreux collèges américains. Dans les discussions, c’est toujours « Bernie » qui revient. Concernant Trump, ses remarques contre la diversité l’ont vraiment présenté comme une figure détestée et désagréable pour beaucoup d’étudiants, y compris moi-même.

 

Tu nous parlais de ton coiffeur… As-tu des proches « pro-Trump » ? Comment réagis-tu face à eux ?

Personnellement, je n’ai pas d’amis ou de connaissances qui soutiennent Trump. En revanche, certains membres de ma familles en côtoient au travail. La plupart d’ente eux pensent qu’il a de vraies et de fortes idées, qu’il pourrait faire un bon président capable de faire de bonnes affaires diplomatiques. Ses supporters aimeraient que les Etats Unis soient plus forts dans les affaires, particulièrement dans les relations économiques avec la Chine, mais aussi dans les conflits avec le Moyen Orient ou l’immigration mexicaine.

 

En France, près d’un électeur sur cinq vote pour Marine Le Pen et le Front National, symbole de l’extrême droite française. Un des facteurs qui peut expliquer ce phénomène réside dans le non-renouvellement de la classe politique. Finalement, n‘est-on pas aussi dans le même cas aux Etats-Unis ?

Les supporters de Trump relèvent aussi d’un épuisement général de la politique et se méfient des « politiciens de Washington ». Beaucoup pensent qu’un inconnu comme Trump, qui n’a pas de fond politique, permettra un renouveau et sera plus productif pour ne pas retomber dans les six ou sept dernières années avec toujours les mêmes têtes. Je persiste pourtant à croire pourtant qu’il y a un élément racial expliquant l’émergence des idées prônées par Trump. Par exemple, je crois qu’une partie de la population déteste Obama simplement à cause de sa couleur de peau. Dans certains esprits, la mixité des races et des sexes représente la faiblesse, alors que quelqu’un comme Trump représente la force.

 

Toi qui est noir, te sens-tu davantage blessé par les propos de Donald Trump et ses militants ?

Depuis que Donald Trump a démarré sa campagne, je n’ai pas été affecté par des actes racistes. Cependant, il y a beaucoup de cas où des afro-américians ont été physiquement ou verbalement maltraités par Trump et ses supporters. L’autre jour, je suis tombé sur un compte d’un partisan démocrate. Il disait qu’il avait plus peur des militants de Trump que de Trump en lui-même, ce qui est très compréhensible. Même si je n’ai jamais été touché de prêt par lui pour l’instant, ce ne sera sûrement pas la même chose s’il devient président.

 

Cela t’inquiète ?

Si Trump est élu, il causera certainement des problèmes pour les afro-américains et les autres minorités. Dans ma vie, j’ai fait l’expérience de quelques actes racistes, de discrimination ou de mauvais traitements. Une présidence de Trump serait donner la liberté d’agir à ceux qui pratiquent ce genre d’intolérance. Une présidence de Trump entraverait les progrès réalisés comme la mobilité sociale ou l’acceptation sociale. Elle fermerait les yeux sur les difficultés des groupes minoritaires dans les prises de décisions politiques. Elle donnerait lieu à la création d’un système économique et social qui rendrait la vie plus difficile aux minorités. Enfin, une présidence de Trump laisserait des dégâts qui affecteront le pays sur le long terme, et plus que ce qui n’a jamais été fait dans d’autres mandats présidentiels. Par exemple, les juges de la Cour suprême sont nommés par le président et servent à vie. Pour le président élu, sélectionner ses juges est un moyen de faire avancer ses propres idéologies. Les décisions qui pourront être prises par ces juges pourraient donc paralyser les générations actuelles et futures des minorités.

 

On sait que Donald Trump est très dur envers la communauté musulmane, quel est le ressenti de ceux que tu côtoies ?

J’ai beaucoup d’amis qui sont musulmans, et comme beaucoup d’autres groupes minoritaires, ils détestent vraiment Trump. Les déclarations dangereuses que sort ce candidat crée une fausse et injuste représentation de formidables gens. Trump a conduit ses partisans à croire des mythes mensongers à propos de ce groupe religieux. Parmi les musulmans que je côtoie, ils craignent de Trump des préjudices et de la discrimination contre eux s’il est élu. Un manque d’éducation sur cette religion a permis des pensées dangereuses et hystériques devenues facile à communiquer pour des gens comme Donald Trump et ses partisans. C’est triste.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://monsieurpierro.fr/2016/03/22/entretien-pour-les-jeunes-americains-trump-ne-gagnera-pas/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>